• Dans le Courrier de Mantes en date du mercredi 28 novembre, dans un article intitulé « La délinquance a baissé de 40% selon la police » (NDLR à Mantes La Ville) Monique Brochot notre Maire nous parle des Zones de Sécurité Prioritaire (ZSP). A la fin de cet article elle rappelle que la Mairie, c'est-à-dire elle-même, a décliné la proposition qui lui a été faite d’instaurer un réseau de vidéosurveillance. Elle affirme : « Nous voulons de la présence humaine. J’espère aussi obtenir des moyens pour des actions de prévention ». Comme vous pouvez le constater, c’est une promesse non tenue.

  • Dans son programme, elle clame haut et fort :"mise en valeur du patrimoine industriel et historique ". Seulement c'est une promesse en l'air. Le patrimoine culturel et industriel, elle n'en a que faire ! Pour preuve, elle décide que la nouvelle Maison des Associations se trouvera à l’emplacement de l’ancienne Filature Leblanc qui deviendra par la suite la Biscuiterie Gringoire. La réhabilitation de ce fleuron du patrimoine industriel Mantevillois aurait été une bonne idée. Redonner une nouvelle vie à ce morceau d’histoire de notre ville en y rassemblant les associations aurait eu de la « gueule ». Non, Madame Brochot va faire raser ce bâtiment pour en mettre un neuf qui rappellera l’ancien. Selon elle, le bâtiment est dangereux, et une mise aux normes des fondations coûterait 2 millions d’€uros. Une somme trop élevée pour notre commune. La construction de la nouvelle Maison des Associations coûtera près de 5 millions d’€uros, sans compter les éternels dépassements de budget ce qui pourrait amener le prix entre 6 et 7 millions d’€uros. Pour quelle raison agit-elle de la sorte ? Mystère ! Est-ce pour laisser une place de son passage (que nous espérons limité à un mandat !) à la Mairie, dans l’histoire de notre Ville ? Est-elle mal conseillée ? Quoi qu’il en soit sa promesse de "mise en valeur du patrimoine industriel et historique " est un grossier mensonge !