• - "Alors qu'en est-il ?" n° 32 : Qualification du mobilier urbain

    Pour commencer, posons nous la question, que vient faire la « qualification du mobilier urbain » dans la catégorie des promesses « La démocratie locale » ? Pour Monique Brochot, la démocratie locale serait-elle une rubrique fourre-tout dans laquelle on met les promesses que l’on ne sait pas où classer ? Au vu de sa vision de la démocratie locale (elle décide, puis fait une réunion d’information) cela ne serait pas étonnant… Ensuite que veut dire « qualification du mobilier urbain » ? Si c’est faire un appel d’offre auquel le prestataire qui était en place (JCDecaux) ne veut pas donner suite car la durée du contrat proposé est de 12 ans au lieu des 15 ans nécessaire à l‘amortissement de l‘investissement au vu des nombreuses dégradations (et durée moyenne des contrats en France), alors oui, Madame Brochot à bien « qualifié le mobilier urbain » ! Le plus étonnant est que le marché a été remporté par une petite société dont la ville de Mantes-la-Ville est le premier client… La mise en place fût chaotique avec de nombreux retards et les nouveaux abris bus pas toujours fonctionnels (ouvert aux vents et à la pluie). Donc vu le vague entourant la notion de « qualification du mobilier urbain », et des conditions du marché proposé, nous ne pouvons mettre ce « Alors qu’en est-il ? » qu’en orange.